jeunes penseurs du changement et la domocratie(J.P.C.D)est un mouvement panafricains

Ce qui nous unis est plus fort que Ce qui nous différentier; l'avenir est la gouvernance d’équipe qui est la gouvernance de responsabilité

  • Accueil
  • > artiste
  • > josephine kama alias patience dabany dit la Maman!!!
6
juin 2011
josephine kama alias patience dabany dit la Maman!!!
Posté dans artiste, Non classé par jeunes penseurs du changement et la democratie à 2:32 | 1 réponse »

La Maman!!! internationale Patience Dabany de son vrai nom Joséphine Nkama, est une chanteuse gabonaise, née le 22 janvier 1944 à Brazzaville de Joseph Nkama et Genevieve Okota.Issue d’une famille de musicien originaire de la région Haut-Ogooué. elle rencontre en 1958 Feu President Albert-Bernard Bongo,qu’elle épouse à quinze ans en octobre 1959. Lorsque ce dernier devient, en 1967, président du Gabon, elle est la première dame du pay.On l’appelle Madame la présidente dix-huit ans durant, avant qu’elle ne divorce de son époux pour entamer une carrière artistique entre l’Afrique et les États-Unis.

Depuis, le peuple gabonais l’appelle «Maman». Parce qu’elle est la mère de trois enfants du Président. Et aussi parce qu’elle a aidé une nouvelle génération d’artistes à démarrer, comme Oliver N’Goma, Aziz Inanga ou Angèle Assélé.
Patience Dabany a une carrière sans égale. Au Gabon, son pays d’origine, elle est la seule jusqu’à ce jour a avoir une carrière ponctuée de grands moments : ses rencontres aux Etats-Unis avec les plus grandes stars américaines parmi lesquelles : la famille Jackson ; les frères Debarges, James Brown, Thelma et Whitney Houston ect…Avec « No comment » sorti en 2007, l’artiste confirme son talent.
Dans l’univers de la chanson féminine gabonaise, Patience Dabany, née Joséphine Kama, est indiscutablement au-dessus de la mêlée. Non seulement parce qu’elle est la plus ancienne musicienne en activité, mais également par la teneur de son œuvre et par son statut d’ancienne première dame du pays. Elle a en effet épousé, en octobre 1959, un jeune homme alors nommé Albert-Bernard Bongo qui deviendra, en 1967, président de la République du Gabon. En dépit des contraintes protocolaires relatives à ce statut, Patience Dabany avait trouvé le moyen de créer un groupe d’animation socioculturel, Akébé-ville devenu Kounabeli, et un or-chestre, les Superstars.

Sa passion pour la musique vient de loin, ainsi qu’elle l’a elle-même raconté : « Dans ma famille, tout le monde chante. A commencer par mes parents. Mon père était accordéoniste, et lorsqu’il jouait, nous, on chantait. Tout est parti de là. Je ne peux pas travailler sans chanter. Tout le monde, y compris mes enfants chantent. Quand j’étais Première dame du Gabon, je composais pour un groupe. Quand j’avais des réunions politiques avec les femmes, je leur apprenais des chansons puisque je dirigeais les groupes d’animation politique. Mais je ne pensais pas alors à faire de la musique. »

Lorsqu’elle divorce de son époux, en 1986, elle s’exile à Los Angeles aux USA, reprend son nom de famille, Patience Dabany, et se lance dans une carrière d’artiste professionnelle. Cet exil artistique américain lui per-met de se lier d’amitié avec de nombreux artistes de renommée. Entre autres, James Brown, Thelma et Whitney Houston, les Jackson, Patti Labelle. Elle a réalisé un duo avec El Debarge et donné avec lui des concerts de charité en vue de recueillir des fonds pour la lutte contre le Sida. C’est grâce à cette plongée dans le Lan-derneau musical américain que Quincy Jones a participé activement à son septième opus,

« Obomiyia », auquel avait également pris part Jacob Desvarieux. Patience Dabany, « La Mama » ainsi qu’on l’appèle affectueusement depuis un bon moment au Gabon, a aidé de nombreux jeunes artistes gabonais à démarrer. Notamment Oliver N’Goma, Aziz Inanga ou sa nièce Angèle Assélé. Sa structure, « Dabany Production », a également materné de nombreux membres de la jeune garde artistique actuelle : Olivia Ekomié, Vibration, 3MJ, Nadège Mbadou, etc. Elle dispose de deux studios d’enregistrement de 48 pistes : Elumba 1 à Los Angeles et Elumba 2 à Libreville, réplique exacte de celui de Los Angeles.

Auteur d’un concert historique à l’Olympia de Paris en 2001, Patience Dabany a sorti en 2007 un album intitu-lé « No Comment ». Produit par le Camerounais, Edgar Yonkeu, cet album, qui marque un retour de la Diva gabonaise vers des sonorités plus locales après ses pérégrinations quelque peu World Music, a vu la partici-pation de Jacob Desvarieux, du bassiste émérite Guy Nsangué et des violons de l’Opéra de Paris. La Mama travaille et elle sait s’entourer.
pateince dabany est pour la bon information une dame a a caractère dur et déterminer dans ses engagement et qui ne baisse jamais les bras.en 2010 elles sort l’opus on vous connait qui comme tout les autre ne cesse d’ogmenter sa cote de popularité au Gabon et séduis de part les pays voisin et aprecié pour ne point dire adorée par la diaspora.sans oublier son sens de toujours ajuster l’Époque et la musique en créant pour la jeunesse le djazzé!!!!!!!!!!!
cb965f672b2e3e.jpg


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Une réponse:

  1. nous respectons ses oeuvres et considerons son travail!

Laisser un commentaire

cfdt main securite 3869 |
Les chevaux et ma vie! |
humanitaire en afrique et d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | claquettes
| CLUB COEUR & SANTE DE V...
| CFTC @ Azelis